Pastef une fierté et non un faire valoir par Maimouna DIOP

Pastef une fierté et non un faire valoir.

John Fitzgerald Kennedy affirmait « Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays ».En attendant le Congrès, les patriotes n’ont pas chômé, c’est aux champs qu’ils ont labouré, semé, irrigué et aujourd’hui récolté le fruits de leur labeur. Seul le travail paie et les petits ruisseaux font les grandes rivières.Ils ont fait fi du report des locales et du faux débat de l’opposition, pour aujourd’hui arborer fièrement leurs céréales, fruits et légumes. Le reboisement permettant de retarder l’avancée de la mer et reconstituer la flore nous apprend à préserver l’environnement. Sans compter le secours apporté aux sinistrés quand l’hivernage nous a plongé sous les eaux et que les infrastructures ont démontré leurs limites. Le don de sang perdure 🩸permettant de sauver des vies en ces temps de pandémie.Nos camarades à la main verte 🧤et au grand cœur ont démontré par l’exemple que soudés nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice Sénégal. Nous avons dépassé le stade de la dénonciation et de la théorie, la mise en pratique des solutions est en cours.Quand des patrons de presse nous boycottent, nous devons avoir notre propre tribune. N’allez pas chercher loin, Jotna média est là pour diffuser vos contenus et promouvoir vos activités. En achetant l’application qui coûte 4,99 dollars, vous soutenez le projet et permettez à notre formation politique d’avoir un support de communication propre.Lors de son allocution du 4 janvier dernier, Sonko déclarait que « La force motrice du changement se trouve dans la jeunesse ». Les camarades plus expérimentés, les sages pour ne pas dire les anciens sont de la partie car ils accompagnent ces jeunes, afin de préparer le terrain pour que les générations futures puissent en récolter les bienfaits.Nous n’avons pas le monopole du patriotisme, ni de la vertu, mais nous disposons d’une volonté ferme et nous nous employons à éveiller les consciences face aux défis majeurs qui nous attendent.( Économie en perte de vitesse, dérèglement climatique, santé et éducation).Travaillons, faisons preuve d’éthique, dans la fraternité pour plus d’équité chez nous (lutter contre l’exclusion et la précarité).C’est ce qu’il faut retenir de cette année difficile et ainsi continuer sur cette lancée. Faisons taire les égos au profit de l’intérêt général, nous ressortions grandis de cette aventure politique.Pas de militant de la première heure, ni de novices toutes les compétences comptent, c’est ce que nous avons retenu de cette expérience. S’opposer est plus aisé que prendre la direction d’un pays, acceptons la critique le moment venu, car nous n’avons pas été tendres. D’où l’importance de mettre les personnes qu’il faut à la place qu’il faut, ceux qui pensent utiliser la politique comme ascenseur social ou financier, ne pourront pas faire long feu chez nous.N’oublions pas de contribuer dans Boknaa, car l’horizon 2024 est proche et par l’assiduité des dons, les activités génératrices de revenus et autres projets pourront voir le jour. Plus qu’un parti, cette famille, ce grand rassemblement de personnes engagées a participé à déconstruire la perception négative qu’on avait de la chose politique.Maïmouna Dia Pastef Bordeaux#solutions #vap #jotnamedia #dondesoi

A Monsieur macky sall president de l’apr – de passage dans le saloum

Bonjour chers patriotes, le Président de l’Apr, Monsieur Macky a fait un tour dans la capitale du bassin arachidier. Hier de passage dans notre commune de Gandiaye, il n’a pas pipé mot… Est ce normal ?

Nous répondrons dans l’affirmative , dans la mesure où il ne sait pas ce qu’il se passe à Gandiaye.Monsieur le Président, nous voulons vous le dire en quelques mots, puisque vos représentants n’ont pas osé vous mettre au diapason!Avec votre cortège, vous avez furtivement traversé Gandiaye, en laissant derrière vous :

– Un centre de santé qui est en construction depuis 2004 (un chantier de 16 ans), dont le premier entrepreneur a été contraint de déposer le bilan. Rien d’étonnant jusqu’ici, étant donné que l’actuel maire ignore totalement l’état d’avancement de la construction de cette infrastructure de santé .

– La santé n’étant vraiment pas la priorité sous votre magistère(et les précédents me direz vous , n’oubliez pas la promesse d’émergence), il faut savoir que, le district sanitaire ne fonctionne plus car le bâtiment est défectueux et les locaux inondés. Toujours ce problème d’eau qui vous colle à la peau, assoiffé l’année d’avant , c’est sous l’eau que vous avez laissé Dakar et c’est dans les eaux que nos semblants d’hôpitaux devront accueillir les patients.

– Pas étonnant que des femmes perdent la vie pendant ou après la grossesse faute de suivi de proximité ( désert médical lié à un manque de considération des élus de notre localité ).

– L’éducation n’étant pas une urgence, notre lycée souffre d’une administration sans abris – Des jeunes sont frappés de plein fouet par la rudesse du chômage.

– Les litiges fonciers dépossèdent des familles de leurs terres qui sont revendues sans-gêne aux plus offrants.Monsieur le Président, l’heure n’est pas à la promenade ou à l’exploration dans le Sine Saloum mais plutôt à l’apport de réelles solutions accompagnées de pragmatisme.

Nous n’avons pas besoin de vous voir vous balader à travers champ (de mil et d’arachides ou de Gombo ), car le Président Ousmane Sonko nous a permis de semer les graines et d’irriguer par la mise en pratique de son programme des VAP. Il est inutile de vous attarder dans le saloum, car de ces graines ont germé dans le cœur de ses ressortissants la fibre patriotique, Pastef gagne du terrain.

Nous vous souhaitons bon vent Président Macky Sall !

Matar Ndao Gandiaye !