Boughazeli libéré, les jeunes agacés par le couvre feu!

Les prisons sont bondées de présumés coupables de mini larcins, mais les vrais kleptocrates en col blanc obtiennent la liberté provisoire. La justice s’applique en fonction d’un Modou am Ndeye ak Modou amul Ndeye, le deux poids deux mesures est un mal qui gangrène le Sénégal 🇸🇳.
Les larmes du présumé faussaires, m’avaient presque touchées (je plaisante bien sûr pas de pitié pour les faussaires) mais lui accorder la liberté de rentrer chez lui, alors que des enfants de badolas croupissent dans les cellules en attente de jugement, quelle infamie!
👉🏾Nul n’ignore que des faits accablants lui ont été reprochés et qu’il a été pris sur le fait, et désavoué par son clan marron beige.Son poul d’avocats a réussi la prouesse de défendre les faussaire comme l’affaire Thione, mais leur partie de Monopoly ne peut pas divertir le peuple.
🛃 Rappelez vous la mise en scène des gendarmes qui mènaient l’enquête, ses complices qui l’avaient livré, sa pseudo démission en tant que représentant du peuple, l’annonce de la restitution des passeports diplomatiques : tout ça exposé à la vue des sénégalais, vous savez bien ceux qui peinent à joindre les deux bouts.
👉🏾Vous vous indignez que des gamins manifestent pour la levée du couvre feu. Donnez leur des conditions de vie meilleures en terme de formation, emploi et un peu de considération. Quand on est dirigé par des personnes censées être exemplaires, on peut espère gouverner dans la paix.
Nous avons tout faux décret, médecin, député, donc reprenons nous! Lorsque que nous les indexons nous sommes taxés de rebelles ou d’incultes. Jeunesse du Sénégal, cessez de gâcher votre potentiel pour des personnes qui ne vous utilisent que pour leur accession au pouvoir et qui vous houspille après.
Soyez inventifs et créatifs en choisissant d’entreprendre. Votre survie en dépend personne ne vous donnera la becquée ou ne vous sortira de la misère car notre société est égoïste.
Quitter le pays n’est pas une solution non plus car vous exposerez vos vies et partir de zéro hors du pays est un calvaire. Soyons courageux chez nous et ne minimisons pas les opportunités professionnelles, il n’y a point de sot métier. Ousmane Sonko disait: « Croyons en nous et visons le monde ».
Maimouna Mint Saidou Dia